FAMAS Index du Forum

FAMAS
Faction armée des makers assoiffés de sang

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cinéma cinéma tchi tcha
Aller à la page: <  1, 2, 324, 25, 2690, 91, 92  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FAMAS Index du Forum -> Section Repos -> Atelier culturel
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gief



Inscrit le: 29 Juil 2011
Messages: 1 070

MessagePosté le: Mer 29 Mai - 16:34 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

Je me suis re-regardé Fando y Lis de Jodorowsky hier. C'est l'histoire d'un couple de jeunes gens, un homme, Fando, qui pousse sur une charrette une femme paralytique, Lis, dans un monde qui a subi la guerre où toutes les villes ont été détruites, sauf une seule, Tar, la ville mythique. Le film raconte leur voyage mi-géographique mi-intérieur vers Tar, et leur relation sado-masochiste. Les tortures et le sang qui coule sont réels. :8X
Je mets seulement la scène d'ouverture. La jeune fille paralytique mange une fleur. :lv

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Mer 29 Mai - 19:14 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Citation:
Les tortures et le sang qui coule sont réels.

Chut, ça va attirer tous les ddken-like en soif de voyeurisme / sensationnalisme / racoleurisme. zulu
Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Mar 11 Juin - 18:15 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

J'ai revu Escape from LA, plutôt naze tout du long à part si on le prend vraiment avec second degré / légèreté, et sauf la fin qu'est bien cool et que j'adore. Y'a des films comme ça, qui sont bien mais avec une fin pourrie, ou l'inverse comme là.

Je vais d'ailleurs faire une séance de rattrapage sur Carpenter (j'en ai déjà vu pas mal en même temps), c'est marrant de voir la contradiction entre le mec tantôt décrié à l'extrême tantôt fortement acclamé, alternant le kitch et la bonne qualité, d'un film à l'autre voire à l'intérieur du même film. Déjà vu Dark Star donc je commencerai par Assault on precinct 13. :--

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Mer 12 Juin - 20:21 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Assault on Precinct 13 (1976) est un film sympa pour du bas-budget, y'a une petite fille qui se fait exploser et des musiques électroniques. :link
On ne s'ennuie jamais (c'est assez caractéristique de ce genre de film en fait) et c'est bien réalisé pour un film avec si peu de moyens (la première scène a été tournée à l'université où Carpenter a étudié le cinéma, et les gangstaz de la scène sont des étudiants de là-bas).

De là à dire que c'est un des meilleurs films d'action de l'époque (comme c'est répété un peu partout) je sais pas, y'a quand même des défauts (déjà 'faut aimer le genre), mais il a eu une influence sur pas mal de films à venir c'est sûr (ne serait-ce que musicalement avec les sons électro). Il parait que la vf est un massacre en plus d'être censurée, je l'ai pas vue mais à éviter apparemment. zulu

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Ven 14 Juin - 20:28 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Je vais faire la course avec trotter, mon nombre de posts consécutifs ici, par rapport au nombre de ses édits dans le topic de son jeu. :popcorn

Toujours dans les films de Carpenter, The Eyes of Laura Mars (1978), pas terrible. Mais, si on avait pas lu le synopsis et qu'on savait pas qu'il y avait un twist à la fin (trop tard maintenant vous le savez, gnihihi), ça fait un final sympa, d'autant plus qu'au début ça parle d'un tueur et on te montre lui :

Brad Dourif (Vol au-dessus d'un nid de coucou), restant discrètement dans un coin de l'écran pendant la première moitié du film, donc forcément pour le tueur on pense à lui. J'avais jamais vu Tommy Lee Jones jeune aussi.
Le thème principal est assez sympa si on se montre ouvert (ou pour les néophytes qui ont aimé le thème de Snake-eater aussi éventuellement) :
Mais pour le reste, non rien de forcément transcendant.

The fog (1980), euh.. pas forcément marquant non plus, à part que c'est marrant de retrouver les 3 quarts du casting d'Halloween + 2 ou 3 acteurs d'Escape from New York dans des rôles différents. Mais sinon j'ai trouvé ça assez nul (même pour l'époque), pas forcément ridicule ni rien mais plutôt fade et inintéressant. Peut-être les musiques simplistes et parfois cools (comme là) de Carpenter qui ajoutent un petit intérêt.

Revenir en haut
Roi of the Suisse
Vétéran


Inscrit le: 27 Juil 2011
Messages: 8 347

MessagePosté le: Ven 14 Juin - 23:02 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Vous regardez des films aussi. Nous autres on ne regarde pas de films. zulu
Quoique, je compte regarder le film sur street fighter dont a parlé Karim Deubache :m~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gief
Vétéran


Inscrit le: 29 Juil 2011
Messages: 1 070

MessagePosté le: Sam 15 Juin - 13:37 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Je suis dans ma période George Orwell. Ces deux dernières semaines, j'ai regardé Citizen Kane, Don Quichotte et Falstaff.

Citizen Kane (1941) est considéré comme une des plus grandes œuvres du cinéma (voire la plus grande), de même que Metropolis, et comme pour Metropolis, le film a été en deçà de mes attentes. Je reconnais qu'il avait été extrêmement innovant pour l'époque, d'un point de vue narratif et technique : apparemment l'utilisation extensive de flashback, la "profondeur de champs" (où on voit net l'avant-plan aussi bien que l'arrière plan), et d'autres choses qui ont beaucoup contribué aux procédés stylistiques du cinéma), ce qui était d'autant plus révolutionnaire que c'était un film sans grand-budget d'un type de 25 ans. Mais hors contexte, je l'ai trouvé presque banal : en tout cas, les nouveautés qu'il a apportées n'ont plus rien de neuf. Enfin c'est bien pour la culture, mais surtout pour un passionné d'histoire du cinéma.

Falstaff (1965) : adaptation d'Henri IV de Shakespeare, en prenant le point de vue d'un personnage secondaire, incarné par un Welles obèse, ivrogne (dans la vraie vie). On s'apitoie pour ce Falstaff de plus en plus le long du film (un fanfaron vieillissant qui mène une mauvaise vie en compagnie du prince, qu'il débauche, en attendant d'être récompensé le jour du couronnement). J'en attendais plus d'audace visuelle ou narrative, mais le jeu d'acteur de Welles à cette période vaut le coup d'oeil.



Don Quichotte est un film qu'il a tourné sur 14 ans et qu'il n'a jamais publié. Des difficultés de financement, liées à l'intention de montrer un Don Quichotte confronté au monde moderne... qui évoluait à toute vitesse pendant que Welles tardait à réaliser son film. Au final, la version diffusée après sa mort a été montée par un de ses amis, en utilisant des rushs, et en écrivant les dialogues, la narration, selon l'intention supposée de Welles (qu'on ne connait pas : il n'y avait pas de scripts, pas de storyboard, les dialogues étaient tournées en muet). C'est celui que j'ai préféré (de plus il fait pendant au Lost in la Mancha de Terry Gilliam, lui aussi non-terminé à cause de problèmes financiers et du temps qui passait), alors que c'est celui qui est le moins de lui (et pourtant son film le plus personnel, auto-financé et tout).
Revenir en haut
Roi of the Suisse
Vétéran


Inscrit le: 27 Juil 2011
Messages: 8 347

MessagePosté le: Sam 15 Juin - 13:52 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Don Quichotte est une pièce môdite : tous ceux qui essaient d'en faire un film rencontrent des difficultés et meurent durant le tournage zulu
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Sam 15 Juin - 14:30 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Citation:
Je suis dans ma période George Orwell.

À ne pas confondre avec Orson Welles, haha.

Même avis pour Citizen Kane, il est surtout à retenir pour les techniques de cinéma. Enfin ça fait longtemps que je l'ai vu.
Je connais bien Henry IV de Shakespeare mais j'ai jamais vu cette adaptation. En même temps je suis jamais très satisfait des adaptations de Shakespeare à l'écran parce que les personnages sont jamais comme je les imaginais. :--

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Lun 17 Juin - 18:54 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Starman (1984), c'est un peu E.T mais avec l'extraterrestre qui se cache dans la peau d'un humain. En fait les scripts des deux ont été écrits pendant la même période, mais E.T est finalement sorti avant et du coup ils ont revu le script de Starman pour que ça y ressemble moins.
Ça dégouline un peu moins de bons sentiments qu'E.T (un tout petit peu moins) mais ça reste dans le même esprit. La fin est un peu bâclée, et fade car sans imprévu. Évidemment on a le droit au cliché classique de SF où son peuple extraterrestre ne parle qu'une langue, n'ont qu'une seule culture, sont tous froids et semblables et il s'étonne de la diversité de la Terre lolol.

L'acteur qui fait l'alien a un jeu convaincant (son apparition en humain au début fait un peu penser à celle du Terminator sorti la même année, la manière de se redresser etc, c'est marrant), le morphing au début est un moment sympa d'effets spéciaux en silicone, et euh le film se suit tout seul vu qu'on le voit découvrir la culture terrienne etc, mais sinon ça sent un peu trop le film familial toussa.

Aussi revu Christine dans un moment de faiblesse (le film avec la bagnole maudite), que j'avais vu très jeune. Ça m'a fait penser à la Rubrique-à-brac sur le bouchon de radiateur rouge-sang. zulu

Revenir en haut
Roi of the Suisse
Vétéran


Inscrit le: 27 Juil 2011
Messages: 8 347

MessagePosté le: Jeu 20 Juin - 14:39 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Le mécano de la General - Beusteur Kitond - musique de Joe Hisaishi :fgr



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
trotter
Vétéran


Inscrit le: 26 Juil 2011
Messages: 6 897

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 22:20 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Tiens avant-hier j'ai revu Starship Troopers.
Le truc qui m'a frappé c'est les filles et les mecs sur un pied d'égalité parfait, aucun sexisme, pas de chevalier blanc qui veut sauver sa meuf, pourtant ça se passe dans un camp d'entrainement militaire puis en mission.
http://bechdeltest.com/view/107/

Les effets spéciaux se défendent encore très bien pour un film de 97, surtout les insectes géants. Le scénar n'est pas mauvais. Il est un peu caricatural, presque à voir au second degré, mais on ne s'ennuie pas (Expandables à prouvé qu'on peut avoir un scénar caricatural et être un film chiant). Ya tout le temps de l'action, de la tension entre les personnages, c'est assez joyeux comme film, même si il y a beaucoup de morts et de gore.7+4

C'est le mec qui a fait Robocop et Total Recall, apparemment c'est un message politique, il dit avoir été ironique « en jouant avec le fascisme et l'imagerie fasciste pour pointer certains aspects de la société américaine ».
Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 22:40 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Oui c'est intéressant ce film parce qu'on suspecte l'auteur d'avoir voulu faire à la base une histoire bad-ass avec un mec qui intègre l'armée c tro cool y'a des gros flingues futuristes etc, et on a l'impression qu'il a dû rajouter tous les éléments satyriques par-dessus pour pas trop passer pour le gros neuneu qui fait l'éloge de l'armée / patrie américaine. Donc il joue deux sons de cloche en permanence le cul entre deux chaises et ça rend le tout ambigu.

Et la manière dont c'est raconté, ça m'a rappelé certains scénars que je m'étais inventé avant, où il y avait le même type de "suivi" à long terme (souvent improvisé) d'un ou plusieurs personnages (du statut de gros noob à l'intégration d'une faction armée quelconque jusqu'aux grandes batailles finales, enfin pareil quoi), avec un côté réaliste et pragmatique dans les relations entre les persos genre comme là avec l'absence de sexisme.
Pas du tout le même univers (j'aurais jamais fait un truc avec l'armée) mais c'est marrant d'y retrouver un peu le même pattern.

Sinon oui, rien qu'à voir la gueule du héros et de l'héroïne on a déjà un gros côté caricatural lol. Comme le thème principal d'ailleurs (Poledouris s'est lâché), mais ça j'aime bien, ça fait un thème "fort", et j'aimerais en entendre plus souvent des comme ça.

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Dim 23 Juin - 12:19 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Toujours Carpenter : Big Trouble in Little China (1986), c'est le film où y'a lui :


Un brin potache et bourré de n'importe quoi (je fais l'impasse sur l'authenticité des légendes chinoises, je suis gentil), mais fun (parce que justement c'est n'importe quoi). Les 3 guerriers aux pouvoirs magiques ont probablement influencé Mortal Kombat d'une manière ou d'une autre.


Black Moon Rising (1986) : Pas facile à trouver celui-là, il est tombé complètement dans les oubliettes du 7e art. Pourtant, une fois qu'on a passé l'éponge sur les incohérences du début de l'intrigue, le design bien kitch de la voiture supersonique et la première coupe de cheveux de Linda Hamilton (mais en fait c'était une perruque pour se déguiser afin de faire un casse, ahaah vous pouvez plus rien dire maintenant hein !!§), la deuxième moitié part dans un film d'action tout ce qu'il y a de plus honnête.

Pour les incohérences, le héros (Tommy Lee Jones) cambriole un bâtiment pour récupérer une cassette qui a l'air de contenir des infos importantes. Poursuivi par les gardes, il fuit jusqu'à une petite bourgade en dehors de la ville. Là, il tombe sur des gars qui arrivent avec un prototype de voiture supersonique en remorque, qui s'arrêtent pour demander la route au héros. Donc le héros, sachant où ils vont se rendre (et se sachant poursuivi), décide de planquer sa cassette à l'intérieur du prototype. Débile, isn't it ?
Scène suivante, les gars / mécaniciens se cassent avec le bolide, la cassette et tout le bordel, et les gardes / poursuivants du héros débarquent d'un seul coup parce qu'ils ont retrouvé la trace du héros on sait pas trop comment. Là on se dit "ah ok ils vont le fouiller et ils vont rien trouver, donc il a bien fait de planquer sa cassette dans le prototype finalement, mouais d'accord". Mais en fait, ils ont pas le temps de le fouiller et le héros réussit à s'enfuir.
wut ?
Bref à mon avis, dans le script original, les gardes étaient supposés débarquer sur place bien avant, et le héros, pris par surprise, était supposé planquer la cassette dans la bagnole au dernier moment dans un geste désespéré pendant qu'il fuyait, avant de se faire rattraper. En tout cas, ça aurait plusse tenu la route comme ça.
Pour la bagnole, je m'intéresse pas du tout à ça mais je pense qu'elle aurait eu l'air beaucoup moins ridicule si elle avait été au ras du sol. Là, surélevée à 1/2 m du sol au-dessus des roues, ça fait un peu débile, même pour les standards esthétiques de l'époque. M'enfin ça fait marrer la première fois qu'on la voit, et après on oublie. Sinon, ça reste quand même fun pour un film aussi méconnu.



Prince of Darkness (1987) : Un film sur le retour de Satan etc. Mais avec un ton léger même parfois potache. (j'aimerais bien dire campy qui correspond un peu mieux, mais après on va m'accuser de faire du jean-claude-vandammisme franglais zulu )
Ce qui fait que, mis à part quelques effets spéciaux dits mécaniques (par opposition aux numériques) et un ou deux plans horrifiquement réussis, j'ai un peu perdu mon temps. Cela dit, j'aime bien la vision avec le message du futur dans leurs rêves, il y a un côté Ringu un peu.

Memoirs of an invisible man (1992) : Carpenter avait jusqu'ici l'habitude de réaliser ses films librement avec des producteurs plus ou moins obscurs qui lui laissent le champs libre, mais là il a accepté de réaliser ce machin plus ou moins familial sous l'égide de la Warner (raison pour laquelle cette fois il ne s'est pas signé dans le titre du film, genre "John Carpenter's Halloween" etc).
Malgré le fait que d'après le net ce film semble considéré très négativement par les critiques, il est quand même fun, on a le droit à beaucoup de situations cocasses concernant le sujet (homme invisible), rien n'y est oublié (même le coup des paupières). Non, plutôt sympa et les effets spéciaux étaient cools pour l'époque. je dois être dans ma période sympa / tolérant, c'est pas possible :porte

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Mar 25 Juin - 18:15 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Revu In the Mouth of Madness (L’Antre de la Folie 1994), un des trois films que j’aime bien de Carpenter avec Escape from New York et The Thing, ce qui m’a poussé à m’intéresser à ses autres bousins dernièrement (même si je savais qu’il avait fait des trucs bien kitch comme They Live).

On retrouve Sam Neill, qui jouait un méchant assez cool dans le film d’homme invisible mentionné plus haut, cette fois en détective qui devient progressivement fou.
Ce film fait partie des influences pour Asylopole, perso je trouve qu’il a parfois les défauts d’une adaptation TV de Stephen King, mais il y a quelques bons moments horrifiques et surtout les scènes à l’asile quand il est fou au début et à la fin du film, haha ça c’est vraiment sympa. :D


Mon dernier était supposé être le remake de The Village of the Damned (1995), mais j’ai finalement été voir l’original de 1960 (les remakes ça va 5 minutes, genre pour The Thing).
Mouais cool mais sans casser des briques (lol jeu de mot sauf qu’il faut voir le film pour comprendre). Enfin je peux comprendre pourquoi certains disaient avoir fait des cauchemars en ayant vu ce film trop jeunes (à cause des yeux toussa) mais bon, c’est vraiment parce que je suis apte à tout comprendre dans ce monde. :porte


Donc conclusion, beaucoup de caca quand même dans tout ça. Un peu de perte de temps, mais un peu de fun parfois quand même. Au moins ce sont des films souvent librement réalisés sans la pression des gros magnats d’Hollywood et avec peu de budget, et ça donne des trucs cools des fois.
The Thing je le trouve super, ça n’a pas trop vieilli grâce à son ambiance sobre. Escape from New York a bien plusse vieilli avec son aspect eighties qui refroidiront les plus djeunz, mais en-dehors de ça tout le reste est très cool dans ce film.

Revenir en haut
sriden
Administrateur


Inscrit le: 22 Juil 2011
Messages: 15 169

MessagePosté le: Sam 29 Juin - 19:02 (2013)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha Répondre en citant

Die Welle (2008), La vague en VF (oui vu en vf parce que mes restes d'allemands se sont un peu évaporés) est un film tiré d'une vraie expérience (Ron Jones) où un professeur enseigne l'autocratie à des lycéens et dérive son cours en mode travaux pratiques. C'est pas mal, ils ont un peu détourné la fin par rapport à la vraie expérience pour que ça soit moins plat qu'un vulgaire sermon du prof, et c'est pas plus mal.
Enfin, l'expérience démontre que les adolescents sont très cons, tu parles d'un scoop. :porte

J'aurais bien voulu ne rien dire sur ce film et faire la même chose sur le famas, vous monter le bourrichon et vous envoyer en expédition sur oniro pour foutre la merde partout, pour à la fin vous dire "haha vous avez fait exactement comme les loleux, bande de trouducs", mais dans ce cas vous auriez tous quitté le famas après coup, donc bon. :porte

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:59 (2017)    Sujet du message: Cinéma cinéma tchi tcha

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FAMAS Index du Forum -> Section Repos -> Atelier culturel Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 324, 25, 2690, 91, 92  >
Page 25 sur 92

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com